Textes

Comme si de rien n'était

 

Vagues de mots qui déferlent

Tireurs d’assauts, écrits acerbes

Coups de poignard, jeteurs de pierres

Quand il n’est que mal à se faire

A mettre le cœur à l’envers

A voir les yeux se fermer

Comme pour mieux couler

 

Vague repli, bleus en jachère

Larmes au cœur, âme à terre

Si le silence parfois libère

Il se fait douloureux et amer

Dans le sang dans la chair

Comme un venin diffusé

Mais qu’il nous faut laisser couler

 

… Comme si de rien n’était

 

Vagues de maux qu’on enterre,

Sans l’air d’y toucher

Plus facile de taire

Que de condamner

 

Vagues de mots qui ulcèrent

Qui blessent, rongent à en crever

Vaincu, perdu, le cœur se serre

Dans l’indifférence, prendre congé

Résigné, l’esprit se terre

Jusqu’à nous effacer

Jusqu’à laisser couler

 

… Comme si de rien n’était

 

Vagues de maux qu’on enterre,

Feu brûlant vite étouffé

Plus facile de taire

Que de condamner

 

… Comme si de rien n’était

… Comme si de rien n’était

 

Lila MAGGIO – Comme si de rien n'était © Août 2010