Textes

 

Le mal en toi 

Le mal de tout 

Le doute qui foudroie 

Et la peur au bout 

Le mal aux autres 

Le mal d'aimer 

Creuser une fosse 

Pour s'y terrer 

Comme s'interdire 

De pouvoir être 

A se maudire 

A se soumettre 

N'être plus qu'une âme à genoux 

Le silence pour seul garde-fou 

Mais de ton refuge sans voix 

Là-bas, 

Prends, entends, et vois 

Vois,

Comme je suis là, déjà 

Comme un parachute les bras ouverts 

Comme un paravent à tes colères 

Une armure aux blessures du temps 

Qui panse, qui rassure, bienveillant 

Comme un bouclier à ta fuite 

Comme une envie qu'on ressuscite 

Comme une trajectoire, un parchemin 

Comme le pas qu'il te faut suivre 

Pour ne pas te perdre trop loin 

Ne pas partir à la dérive

 Une boussole pour te guider
 Comme le caillou à semer
 Pour ne pas déposer les armes
 Une rivière pour cueillir tes larmes
 Ou pour t'y voir,
 Comme un miroir
 Un peu plus beau un peu plus grand
 Et voir s'y refléter ta force
 S'y voir tel que tu es vraiment
 Et laisser se fendre l'écorce
 S'ouvrir à nouveau au vent
 Sourire au visage présent

 Qui sait déjà
 Qui se trouve là
 Comme le geste, comme la main
 Posée pour adoucir le cœur
 Comme la fleur, ou le jardin
 Y puiser le goût, les saveurs
 Comme le lit qui couche l'instant
 Où rien d'autre vraiment ne compte
 Comme cette échappée hors du temps
 Comme deux peaux qui se répondent
 Comme le ventre, le cou, l'épaule
 Qu'on étreint, qu'on touche, qu'on frôle
 Vois comme je suis là
 Vois comme je suis là
 Bien maladroite c'est certain
 Le doute, la peur, collés au cœur
 Mais l'amour brûlant jusqu'aux reins
 A ne plus m'en aller ailleurs 

 

Vois

Lila MAGGIO – Vois © Août 2010