Textes

 

Oublier ce qui porte ombrage

Se déjouer des mauvais présages

Là, dans mes heures introspectives,

Au creux de mes nuits tardives

J’analyse les non-dits

Du tendre sourire au moindre geste

J’observe, je retiens, je fléchis

Je me tiens à un fil d’hypothèses

Je cherche un sens, une issue

J’énumère thèses et antithèses

Et même quand tout me semble fichu

Je sous-tends, je suppose, je soupèse

Je pose les comment du pourquoi

Questionne ce qu’il ne me dit pas

Puis je l’entends me dire ces mots

Parfois, je crois,

Je pense trop

 

Mais ne voit-il pas le carnage

De nos cœurs en plein naufrage

Le sien de fuites et d’esquives

Le mien avide, à la dérive

A me départir des ratés,

J’additionne, je cumule, je transcris

Derrière les actes manqués

Je dénombre les reculs, les envies

Et je cherche un possible, une trêve

Un aveu au milieu des silences

Le son de sa voix qui se soulève

Un écho, un espoir, une chance

J’imagine les peurs enfouies

Tout ce qu’il retient en lui

Puis je l’entends me dire ces mots

Parfois, je crois

Je pense trop

 

Et puis je l’entends me dire ces mots

Parfois, je crois

Je pense trop

 

Je pense trop

Lila MAGGIO – Je pense trop © Mars 2015